Le pays où les femmes initient les jeunes garçons ...

Avant & ailleurs

Le pays où les femmes initient les jeunes garçons ...

L’île de Mangaia, dont le nom signifie "pouvoir temporel", se situe dans l’océan pacifique. Cette ile, tardivement découverte par le capitaine Cook, mettait la famille au coeur de la société, jusqu’à ce que l’Occident impose les règles du catholicisme. (...)


Connaissez-vous l’Osunalité ?

Avant & ailleurs

Connaissez-vous l’Osunalité ?

L’approche africaine à la féminité, à la sexualité, est très éloignée de l’approche judéo-chrétienne de l’Occident. Dans certains pays d’Afrique, la déesse de la Féminité Osun (ou Oshun) à même donné lieu à l’ « Osunalité », un nouveau courant féministe (...)


Le 69 révolutionnaire

Avant & ailleurs

Le 69 révolutionnaire

Il n’est pas nécessaire d’être la tête entre les jambes de son partenaire tout en le laissant - tête bêche - opérer d’un même rapport buccal, pour savoir à quoi correspond le chiffre 69. Bien avant de savoir à quoi cela correspond, les enfants eux-mêmes (...)


Qu’est-ce que l’un et l’autre ?

Enquêtes

Qu’est-ce que l’un et l’autre ?

Parce qu’on assiste (héberluées, en ce qui nous concerne) à une volonté de scission sans cesse grandissante entre les femmes et les hommes (qui a démarré au XVIIIe siècle), il parait bon de revenir un instant sur les différences entre hommes et femmes. (...)

Mais encore...

L’orgasme à tout prix ?

Il s’apparente à l’Eldorado du sexe, cet orgasme que l’on espère sans trop savoir où le situer sur la Carte de Tendre, si ce n’est dans les Terres Inconnues au-delà de la rivière d’Inclination… Et si ce domaine recélait des paysages si divers qu’une vue satellite ne suffirait pas à en préciser la topographie ?

Portrait d’artiste : Marlene Dumas

"Ma bouche est une petite cicatrice rose qui a besoin d’air.

Mots et images sont logés à la même enseigne. Il n’y a aucune pureté à protéger."

Véritable bombe rousse à retardement, Marlene Dumas, artiste peintre, née en Afrique du Sud en 1953, explose les cadres de la représentation sexuelle, raciale et identitaire. Elle trempe son pinceau dans l’encre liquide des sécrétions corporelles qu’elle repend avec une liberté et une audace étonnantes. Diplômée de la Michaelis School of Fine Art du Cap (1972-1975), elle obtient une bourse de deux ans et quitte l’Afrique en 1976, à l’âge de 22 ans, pour rejoindre les Ateliers 63 d’Haarlem aux Pays-Bas (1976-1978). Les Ateliers n’étaient alors qu’une petite école progressiste non-accréditée, bastion de l’art conceptuel fondé par l’artiste néerlandais Jan Dibbets. Elle s’inscrit ensuite au Psychological Institute à l’université d’Amsterdam. Sa première exposition personnelle aura lieu en 1979 à Paris à la Galerie Annemarie de Kruyff. Elle peint essentiellement des portraits d’après des photographies, souvent issues de magazines. Par le biais de ces interprétations, les visages déjà reproduits indéfiniment par les médias, font leur apparition dans un contexte privé et sans précédent : « images éculées, mais émotions inédites ».

Les femmes en corps-à-corps avec le porno

C’est une véritable lame de fond qui semble bouleverser les idées ancrées dans nos sociétés modernes : loin de les rejeter avec dégoût, certaines femmes aimeraient les films pornos. Au point de les consommer régulièrement, les apprécier voire les réaliser. Alors : toutes des chiennes par mégarde ?