Wonder Woman

Avant & ailleurs

Wonder Woman

Les femmes n’ont pas plus de super-héroïnes sur lesquelles se construire et se projeter, que de pornographie pour veiller sur leur libido. Il y en a une, à laquelle de nombreuses féministes actuelles se raccrochent lorsqu’il faut trouver des (...)


Il y a 100 ans, quand Berlin multipliait les genres

Avant & ailleurs

Il y a 100 ans, quand Berlin multipliait les genres

De 1919 à 1933, il existait à Berlin* un Institut de Sexologie très en avance sur son temps et peut-être même sur le nôtre, puisqu’il s’intéressait avec une très grande bienveillance aux sexualités dites "intermédiaires", aux droits des femmes, ainsi qu’à (...)


Connaissez-vous les Sheela Na Gigs ?

Sexe & art

Connaissez-vous les Sheela Na Gigs ?

Certaines façades d’églises et monuments méritent que l’on lève la tête : sculptées dans la pierre, des femmes nues, accroupies, les jambes écartées ouvrent leurs lèvres hypertrophiées. On trouve ces Sheela Na Gigs en France et en Espagne où elles auraient (...)


Margaret Sanger, celle qui a libéré les femmes

Avant & ailleurs

Margaret Sanger, celle qui a libéré les femmes

La pilule a à peine plus d’une cinquantaine d’années, et sans la détermination invraisemblable de l’américaine Margaret Sanger, je ne sais pas où nous en serions. Elle est née à la fin du XIXe siècle et a perdu sa mère lors d’un dix-huitième (...)

Mais encore...

Sois ce que dois

La bienséance me dicte ce que je dois être, ce que je dois faire, en vertu de ce qui est accepté ou toléré par la société, de ce qui est bien vu. Règne alors, en maître, le regard porté par la société sur l’individu, relayé par le face-à-face avec sa propre conscience. Peut-on toutefois discipliner le désir, s’aliéner à une image-reflet ? Convocation du rebelle en soi.

Qu’est-ce que l’un et l’autre ?

Parce qu’on assiste (héberluées, en ce qui nous concerne) à une volonté de scission sans cesse grandissante entre les femmes et les hommes (qui a démarré au XVIIIe siècle), il parait bon de revenir un instant sur les différences entre hommes et femmes. (...)

Jeux de langue

Tapie, lovée dans l’obscurité et la tiédeur de la chambre buccale, la langue est notre muscle le plus puissant par rapport à sa taille, soit un ravissant petit organe humide qui n’a rien à envier aux plus grands. Rose, charnue et souple, innervée, vascularisée, parsemée de papilles gustatives, elle est l’organe de nos dégustations et de nos délectations, de nos taquineries suggestives, de nos échanges… Plus ou moins explicites. Située à proximité des autres sens, vue, ouïe, odorat, la langue fonctionne aussi à merveille comme extension tactile pour des explorations érotiques décomplexées… À la découverte de tout ou partie d’un corps son action se décline à l’infini des possibles. Ainsi la langue, excitante excitatrice, peut être tendre, tendue, caressante, pénétrante, glissante, lente et longue ou taquine et rapide… Couplée aux talents de la bouche et des lèvres, ainsi qu’aux humections mesurées de salive, la langue saura satisfaire à la demande bien des demandes, parfois insoupçonnées…